Comment développer la confiance en soi de l’enfant?

Parfois, les parents sentent un décalage entre l’image qu’il renvoie à leur enfant et l’opinion que ce dernier a de lui-même. Alors que nous avons l’impression de passer notre temps à le complimenter, à l’encourager, à le rassurer…. Nous sommes toujours surpris de l’entendre nous dire « Je suis nul, c’est trop dur! Je n’y arriverai pas… »

Des compliments-jugements

La psychologie positive a étudié ce décalage et les scientifiques se sont rendus compte que les parents ne s’y prenaient pas de la bonne façon…

En effet, la plupart des compliments que nous faisons à nos enfants portent un jugement sur qui ils sont, sur leurs traits de personnalité, leurs traits de caractère: » Tu es beau, tu es fort, tu es intelligent.” Ou alors nous allons exprimer un jugement sur leur réalisation, sur ce qu’ils ont fait : »Tu fais très bien la roulade. Tu joue très bien au foot. Tu cours très vite…”très beau.

Une confiance extrinsèque

Le problème avec ce type de compliments est que nous développons chez notre enfant une confiance en soi qui est tributaire du regard de l’autre. En effet, si notre enfant nous montre un dessin qu’il vient de réaliser, notre premier réflexe va être de complimenter ce dessin: « Il est vraiment très beau ton dessin! ». Mais en réalité, qu’est-ce qui est le plus important? Que nous trouvions son dessin très beau, ou que notre enfant trouve son dessin très beau? En complimentant notre enfant en émettant un jugement sur ce qu’il est ou sur ce qu’il fait, nous construisons chez lui une confiance en soi extrinsèque, une confiance en soi qui existe uniquement à la condition qu’une tierce personne l’alimente.

Ainsi notre enfant pour se sentir sûr de lui, sera toujours à la recherche de plus de compliments. Et plus le temps va passer, plus les compliments que nous lui ferons ne permettrons plus de nourrir sa confiance en lui.

Une confiance en soi fragile

Les compliments-jugements présentent un autre inconvénient: ils construisent chez notre enfant une confiance en soi aussi solide qu’un château de cartes…

Mon neveu, Gatien est un passionné de basket. Il y a quelques temps je suis allée le voir disputer un match un samedi après-midi. Tout en le regardant jouer, j’ai alors fait connaissance avec une autre maman dont le fils jouait également au basket. Quand je lui expliqué que j’étais coach parental, elle m’a alors confié, que son fils Adam, n’avait pas du tout confiance en lui. Qu’il était toujours très anxieux la veille des matchs. Et que cela commençait à l’inquiéter en tant que maman : »Je ne comprends pas qu’Adam n’est pas confiance en lui! Je n’arrête pas de lui dire qu’il est super fort au basket. Je le félicite. Quand il gagne, je lui dis que je suis super fier de lui! Pourtant quand la semaine dernière, il a perdu son match, il a pleuré toute une partie de la soirée, en répétant qu’il était nul…. »
Effectivement, à ce moment-là, Adam est victime de ce que nous appelons le syndrome de l’imposteur… Selon lui, ses parents se trompent. il n’est pas super fort au basket. La preuve en est: il n’est même pas capable de gagner tous ses matchs!

Face à une erreur, un échec, une partie de jeux perdue, un match raté, une mauvaise note, les compliments-jugements ne permettent pas à l’enfant de maintenir son niveau de confiance en lui.

L’angoisse

Par ailleurs, les compliments-jugements font peser sur l’enfant un sentiment d’appréhension sans que les parents ne s’en rendent compte.
Au départ, quand nous félicitions notre enfant pour une partie de foot gagnée par exemple, il va se sentir très fort et fier. C’est normal vous le complimenter! Mais très rapidement, va apparaitre l’angoisse de ne pas réussir à rester à la hauteur la prochaine, l’angoisse de ne pas gagner le prochain match, l’angoisse de ne pas faire aussi bien….

Mais comment réussir à complimenter nos enfants sans porter de jugement?

Les compliments-descriptions

Au lieu de porter un jugement, vous pouvez décrire à l’enfant ses actes. Et ainsi lui expliquer pourquoi il est beau, pourquoi il est fort, pourquoi il est intelligent!
Finalement nous allons complimenter non ce que l’enfant est, mais plutôt comment il a réussi à obtenir un tel résultat. Si nous disons à notre enfant: « Bravo mon chéri, tu as très bien jouer au foot. Je t’ai bien regardé. Tu es resté super concentré pendant tout le match. Tu as su bien te positionner pour faire des passes à ton partenaire quia marqué des buts…Notre enfant saura pourquoi nous le complimentons.

Par conséquent, la prochaine fois, même s’il échoue à son match de foot, sa confiance en lui ne va pas s’écrouler. Il se dira simplement que cette fois-ci, il n’a pas gagné, car il était moins concentré, plus fatigué, il s’est moins bien positionné…. Mais en aucun cas, il ne pensera qu’il est nul… Car les compliments-descriptions permettent de développer chez notre enfant une confiance en soi intrinsèque, solide, sans angoisse! 

Vous souhaitez moins de colères à la maison?

Rien de plus simple! Recevez gratuitement 3 vidéos inédites et bien évidemment gratuites sur le sujet en renseignant votre adresse mail ci-dessous. Vous recevrez un lien vers les vidéos directement dans votre boite mail