Enfant à fort caractère, comment l’éduquer?

Enfant malicieux
Votre enfant ne lâche rien et s’oppose très souvent, 😡
 
Il passe son temps à tester en permanence les limites,
 
Il veut systématiquement avoir raison💪
 
Bref, il a un caractère bien trempé!
 
Eduquer un enfant à fort caractère, on ne va pas se mentir, c’est épuisant!🤦‍♀️
 
Et si nous faisions preuve de créativité dans notre mode d’éducation, plutôt que de rentrer dans un rapport de force ?⭐️
 
Parents et enfants seraient gagnants!🌈
 
Voici 4 astuces pour faire redescendre la pression, et susciter envie et coopération! ❤️

Je vous propose 3 astuces pour apaiser les relations avec votre enfant.

Première astuce, c’est de changer de regard.

Un enfant qui a un fort caractère, on ne va pas se mentir, c’est usant pour les parents, et en même temps ce fort caractère peut véritablement être un atout pour lui. Généralement l’enfant à fort caractère est très déterminé: quand il veut faire quelque chose, il y met les moyens et cette détermination sera pour lui dans le futur une véritable force qui lui permettra notamment de trouver en lui-même la motivation pour atteindre ses objectifs, et obtenir ce qu’il veut.

De la même manière, cet enfant à fort caractère deviendra certainement un adulte affirmé, sûr de lui, qui ne se laisse pas influencer facilement, et qui agit en fonction de ses convictions.

L’enfant qui discute, argumente, négocie, cela énerve et c’est normal. Mais c’est vrai que, dans 10, 15 ou même 20 ans peut-être que finalement nous serons ravis en tant que parents de voir notre enfant ne pas se laisser facilement influencer par ses copains ou moins subir que les autres la pression qu’il pourra rencontrer éventuellement dans son milieu professionnel.

Il est donc important de ne pas chercher à casser le fort caractère de votre enfant, de ne pas mettre l’accent sur tous les aspects négatifs qu’il peut présenter mais de véritablement aller chercher tout ce qu’il peut apporter à l’enfant, d’apprendre à notre enfant à diriger ce fort caractère pour le transformer en atout.

Deuxième astuce, c’est apprendre grâce à leur expérimentation.

Effectivement un enfant à fort caractère préférera toujours apprendre par lui-même, plutôt que de faire ce qu’on va lui demander.

Actuellement j’accompagne en coaching un papa d’un petit garçon qui s’appelle Bruno et qui a véritablement un fort caractère. Lors d’une séance, Bruno m’explique avec beaucoup de maturité que selon lui, si un enfant est sur une chaise et que ses parents sont toujours en train de lui dire : “ne te penches pas tu vas tomber”, l’enfant aura toujours tendance à se pencher. A l’inverse si les parents laissent l’enfant tomber et se faire mal, il ne se penchera plus jamais. Et Bruno termine en disant : “c’est comme cela que je veux que mes parents m’éduquent en me laissant apprendre de mes expériences, quitte à me faire mal.

Donc bien évidemment il ne s’agit pas de mettre en danger nos enfants mais à partir du moment où on a compris ce mode de fonctionnement des enfants à fort caractère, on peut en tant que parent, adapter notre propre comportement.

Personnellement ma fille Manon a également un très fort caractère et quand elle était plus petite et que je voulais lui montrer comment on faisait quelque chose : faire ses lacets, mesurer de la farine, remplir sa nouvelle gourde d’eau, ça pouvait être tout et n’importe quoi, soit elle m’arrachait l’objet des mains, soit elle me disait: “je sais faire, je sais faire”. Et moi je lui répondais: ” Mais non, tu ne sais pas faire, c’est normal tu es encore petite, tu as plein de choses à apprendre, donc je te montre et après tu fais toute seule, il n’y a pas de souci”. Et là elle me répondait:” non, je ne veux pas que tu me montres et elle partait. Donc par la suite j’ai changé radicalement la façon procéder et quand elle me disait “je sais faire”, je lui disais ” ok, pas de problème, je te laisse faire mais sache que si tu as besoin, je suis juste à côté” et deux minutes après elle venait me voir en me disant “maman je n’y arrive pas”.

Donc face à un enfant à fort caractère, tant qu’il n’y a pas de réel danger ou de conséquences trop importantes, laissons-le faire ses armes tout seul et évitons d’anticiper les difficultés qu’il pourra rencontrer.

Troisième astuce: leur donner un maximum de responsabilités.

D’une manière générale, aucun être humain n’aime qu’on lui donne des ordres, qu’on lui dise ce qu’il doit faire, mais chez un enfant à fort caractère cela est carrément insupportable. C’est comme remettre en cause leur intégrité, alors que quand ils ont des responsabilités, les enfants à fort caractère coopèrent.

Très vite quand ma fille était plus jeune, je lui ai demandé de faire beaucoup de choses car j’ai vu qu’elle aimait cela. Mes enfants ont dix-huit mois d’écart et c’est mon fils qui est l’aîné. Mais quand je disais à mon fils de 3 ans et demi “Benjamin, tu peux mettre tes chaussons s’il te plait”, je n’avais même pas le temps de finir ma phrase que ma fille était déjà allée chercher les chaussons de Benjamin et limite elle était en train de lui mettre au pied. Sachant qu’en plus mon fils a plutôt un tempérament à se laisser vivre, cette situation n’était pas pour lui déplaire. Donc avec ma fille je me posais toujours la question “ok, finalement quelles responsabilités je peux lui donner pour qu’elle accepte plus facilement de faire ce que je lui demande. Je me souviens quand elle était plus petite, il fallait toujours qu’elle mette son manteau, ses chaussures, son bonnet, ses gants, bref tout l’attirail toute seule. Simplement quand votre fille a deux ans et que vous êtes pressé, vous n’avez pas toujours le temps d’attendre patiemment qu’elle s’habille entièrement toute seule, donc je le faisais à sa place. Alors elle se laissait faire, il n’y avait pas de souci, mais une fois que j’avais terminé, elle me regardait, elle enlevait ses gants et son bonnet, en me regardant bien droit dans les yeux et elle les jetait par terre et là, ça me rendait folle. Donc là encore j’ai revu ma façon de faire et je disais :”Ok, Manon, on est super en retard, est-ce-que tu peux m’aider, tu vas chercher tout manteau, tes chaussures, ton bonnet et tes gants et moi je t’habille pour aller plus vite” et là, ça passait.

L’idée est vraiment d’aller chercher la coopération de l’enfant en le responsabilisant et finalement en répartissant les tâches entre vous et lui.