Mon enfant pleure à chaque bobo!

Enfant qui a un bobo
Votre enfant a-t-il déjà pleuré au moindre petit bobo, comme si c’était une souffrance insoutenable? 😩
 
Est-il préférable de “banaliser” ses petits bobos afin d’éviter d’en entendre parler pendant 3 heures,
Faut-il le divertir pour qu’il pense à autre chose? 🕰
Voici quelques astuces pour réagir avec justesse aux égratignures de nos enfants et éviter l’exagération! ❤️
 

On va aborder le sujet des petits bobos de nos enfants quand ils tombent un petit peu ou qui se sont fait une petite égratignure et qui ont tendance à exagérer. Je vais vous révéler 5 astuces pour éviter notamment qu’ils exagèrent les chutes ou les bobos qu’ils peuvent avoir.

La première à astuce, c’est tout d’abord de ne pas culpabiliser votre enfant quand il tombe.

Quand il fait une cabriole, lui dire “regarde c’est ta faute, tu marches trop vite, tu ne regardes pas où tu vas quand tu marches”. Le fait de culpabiliser l’enfant n’est pas  en terme d’image de soi et cela va l’inciter encore plus à pleurer. Donc on évite de culpabiliser l’enfant sur la chute qu’il vient de faire. Il est également important de ne pas encourager votre enfant à tomber. 

Quand je dis ça, ça surprend toujours un peu mais j’ai eu le cas d’une maman qui quand son enfant tombait et se relevait sans pleurer disait “bravo bravo tu peux être fier de toi tu n’a pas pleuré, tu es un grand”. Au final, comme elle l’avait fait un petit peu trop régulièrement, l’enfant faisait semblant de tomber, il la regarde et il va chercher les compliments chez sa maman. On évite de trop surjouer quand notre enfant est tombé et qui s’est relevé sinon ça va l’inciter à simuler des chutes ou des petits bobos.

Ne pas anticiper la douleur de votre enfant.

J’ai un cas avec ma fille qui est allée au poney. Il y avait un poney qui était dans l’allée et les rênes du poney pendaient autour de lui. L’enfant qui s’occupait du poney avait oublié de les attacher le poney s’est pris les pieds dans les rênes et il est tombé. Il y avait un autre enfant qui était derrière le poney en tombant a reculé et il est tombé sur sur cette petite fille. Le poney se relève, la petite fille se relève recommence à marcher. 

Puis il y a une maman, qui n’était celle de cette petite fille, qui a poussé un grand cri et elle s est précipitée vers elle “ça va ? tu t’es pas fait mal ? tout va bien ? rien de cassé ?”. C’est à ce moment là que la petite fille s’est mise à pleurer. Si la petite fille, s’est mise à pleurer, ce n’est pas parce qu’elle avait mal. C’est vrai que la chute était très impressionnante donc je comprends aussi sa réaction, mais hélas la maman lui a communiqué son stress. Elle a anticipé la douleur de la petite fille et elle lui a communiqué son stress. 

Il faut prendre conscience que nos enfants parfois peuvent faire des chutes très impressionnantes et se relever comme si de rien n’était. Donc n’anticipons pas leur douleur et attendons de voir simplement ce qu’ils ressentent et comment ils vont comment ils vont l’exprimer. Ça ne veut pas dire ne prêter aucune attention parce que si votre enfant tombe et que vous ne prêter aucune attention, il y a de fortes chances qu’il surjoue notamment pour aller chercher de l’attention.

Par exemple si vous êtes chez vous et vous tombez dans les escaliers sans vraiment vous faire mal mais que votre mari à côté ne bronche pas. Il ne bouge pas, il ne vous demande même pas si ça va, il y a de fortes chances que vous surjouez votre douleur. “Je suis tombée, je me suis fait super mal, ça se trouve je me suis cassé la cheville” c’est pour attirer l’attention de votre mari quand bien même vous n’avez pas mal. C’est exactement la même chose pour notre enfant. C’est important de lui montrer qu’on est attentif à ses chutes sans anticiper la douleur. L’idée c’est d’adopter un ton qui soit juste, qui ne soit pas excessif et qui ne montre pas non plus un total désintérêt.

On va être beaucoup dans la description “je vois que tu es tombée, est-ce que tu t’es fait mal ?”

On montre à la fois de l’attention pour l’enfant et en même temps on n’anticipe pas sa douleur. Si vous voyez que votre enfant commence un petit peu à chouiner, vous pouvez utiliser le bisou magique. Le bisou magie qui est vraiment magique parce que non seulement il va permettre de montrer à votre enfant que vous êtes attentifs, réceptifs à ses bobos et en plus eh bien ça le mérite de lui envoyer le message à votre enfant que la douleur est passée, elle est derrière lui. 

Vous pouvez également demander à votre enfant comment sa chute s’est produite parce que finalement on va focaliser l’attention de l’enfant sur ce qui s’est passé. Il va, s’il est en âge de parler, être concentrée sur vous raconter comment il a fait, comment il s’est pris les pieds, comment il a glissé et il va finir par oublier sa douleur. Donc ça peut être une autre solution de lui demander de vous raconter ce qui s’est passé.