Pleurs, caprices, comment les éviter?

Enfants qui pleurent et font des caprices
Parfois en tant que parents nous sommes surpris par les réactions disproportionnées de notre enfant. Comme par exemple, quand il se met à hurler parce que la couleur de son assiette n’est pas la bonne, ou parce que sa soeur a détruit sa tour en lego, parce qu’on a mis les frites à gauche dans l’assiette et non à droite… Pour nous, le fait nous semble très anodin et pourtant notre enfant se met dans tous ses états.

La face cachée des colères

De premier abord, nous pourrions considérer que l’enfant fait un caprice, et qu’il se comporte en enfant-roi, puisque dès qu’il n’a pas ce qu’il veut, il se met en colère. En réalité, il n’en est rien!
La communication non violente a établi que derrière chaque émotion se cache un besoin qui est satisfait ou non.
Par exemple, quand une personne qui nous est chère, nous dit qu’elle nous aime, nous allons ressentir du bien-être car notre besoin d’importance ou de reconnaissance aura été comblé.

A l’inverse, quand nous n’arrivons pas à faire quelque chose, nous allez ressentir de la colère, parce que notre besoin de performance n’aura pas été comblé.

Ce processus est le même chez notre enfant. Quand une émotion va apparaître chez notre enfant, par exemple la colère, c’est parce qu’un de ses besoins n’est pas satisfait. Et comme le cerveau du jeune enfant n’ est pas encore mature (il est en pleine croissance), notre enfant est incapable de relativiser.

Et finalement chaque contrariété est vécue comme un véritable drame. Ceci est tout à fait normal. Il s’agit simplement d’une phase dans le développement du cerveau de votre enfant.

Quel besoin derrière l’émotion?

Pour gérer au mieux les pleurs de notre enfant, nous pouvons tout d’abord lister les situations récurrentes dans lesquelles il fait des crises. Les crises apparaissent-elles quand nous lui demandons d’aller se laver les dents, de mettre ses chaussures, quand nous lui refusons des bonbons etc….

Un besoin satisfait

Une fois les situations de crise listées, nous pouvons réfléchir à la façon dont nous pouvons anticiper la colère en comblant le besoin de notre enfant en amont, ou à la manière de combler son besoin autrement, de sorte que la crise soit résolue plus sereinement.

Dans un premier temps, nous allons chercher à identifier le besoin caché derrière l’émotion. Parfois notre enfant peut faire des colères parce qu’il a faim ou soif, ou sommeil. Nous veillerons donc à avoir toujours sur nous une petite bouteille d’eau ou un petit en cas pour combler son besoin de nourriture ou d’eau. Nous serons également attentif à respecter son cycle de sommeil.

Notre enfant peut également faire des crises parce que son besoin de liberté n’est pas comblé. C’est notamment le cas quand nous lui demandons de mettre ses chaussures, alors qu’il n’en a pas envie. Il pleure pour exprimer que son besoin de liberté est insatisfait. Nous pouvons combler son besoin de liberté autrement, en lui laissant la possibilité de décider. de décision : « Quelles chaussures préfères-tu porter, les petites baskets ou les petites bottines? Tu préfères mettre ton manteau bleu ou la doudoune rouge? ». En revanche, tu pourras porter le pain. » Là encore, nous comblons son besoin de liberté autrement.

Notre enfant peut également faire des colères quand son besoin de reconnaissance ou d’importance n’est pas comblé. C’est le cas notamment quand notre enfant pleure simplement pour attirer notre attention, pour que nous nous occupions de lui.
Par exemple, quand nous sommes au téléphone, ou que nous discutons avec un adulte. Afin d’anticiper ces situations, nous pouvons remplir le réservoir affectif de notre enfant en partageant un moment individuel d’une dizaine de minutes avec lui. L’idée est de passer 10 minutes avec lui par jour en étant complètement disponible, c’est-à-dire sans rien faire d’autre que de nous occuper de lui ( ne pas répondre au téléphone, ne pas regarder ses mails, si jamais nous sommes sollicités par un autre enfant, nous pouvons lui expliquer que pour l’instant nous ne sommes pas disponible. Nous le serons en revanche dans 10 minutes).

Autre situation possible, le besoin de performance de notre enfant n’est pas respecté. Ce sera le cas notamment quand il n’arrive pas à faire une tour en kapla, à dessiner un chat, à mettre ses gants tout seul etc… Nous pouvons dans ces situations apprendre à notre enfant à mettre ses kaplas d’une autre manière. Nous pouvons lui proposer de dessiner un soleil ou une maison à la place du chat etc….

Il montre du doigt

Autre besoin très important chez notre enfant: son besoin de compréhension. Le jeune enfant maitrise mal le langage. Aussi, quand il n’arrive pas à se faire comprendre de ses parents, il va ressentir de la frustration, s’énerver et pleurer.

En tant que parents, il peut nous arriver d’interpréter les gestes de notre enfant. Par exemple si notre enfant nous montre du pain sur la table, ou dans la vitrine de la boulangerie, en disant « Pain », nous allons immédiatement penser qu’il veut du pain. Nous allons donc lui dire « Non », et il va se mettre à pleurer. Mais si notre enfant nous montre un nuage dans le ciel. Cela signifie-t-il pour autant qu’il souhaite avoir ce nuage? En réalité, quand notre enfant nous désigne du doigt quelque chose, il peut également vouloir nous dire: « Regarde, je vois du pain. Toi, aussi, tu le vois? « Un simple “Oui, mon chéri, il y a du pain sur la table » peut nous éviter bien des crises en comblant le besoin de compréhension de notre enfant.

Vous souhaitez moins de colères à la maison?

Rien de plus simple! Recevez gratuitement 3 vidéos inédites et bien évidemment gratuites sur le sujet en renseignant votre adresse mail ci-dessous. Vous recevrez un lien vers les vidéos directement dans votre boite mail