Les enfants et leur alimentation 🍐🍰

L'alimentation a depuis toujours été une préoccupation majeure en matière d'éducation. Et pour cause... Elle constitue comme le souligne à juste titre, Laurence Haurat, psychologue et nutritionniste le fondement de 3 enjeux majeurs. Premièrement un enjeu nutritif : combler les besoins en énergie nécessaires afin que nos enfants ne soient pas victimes du célèbre coup de barre. Deuxièmement un enjeu social : les repas en famille sont un instant particulier durant la journée de votre enfant. C'est le moment durant lequel tout le monde sera réuni et chacun pourra raconter sa journée. Troisièmement un enjeu hédoniste : si manger nous permet de combler un de nos besoins vitaux, cela reste également un formidable instant de plaisir.♥️Alors, comment remettre de la joie durant les repas ? Comment faire en sorte que la nourriture ne soit pas un sujet de conflit avec vos enfants? Voici quelques conseils pour mettre fin à nos croyances limitantes.


Faut-il forcer un enfant à finir son assiette ? 🍽🍗


L'appétit, chez les enfants comme chez les adultes, est quelque chose de très personnel. Nous ne sommes pas tous égaux en la matière. De la même manière qu'il existe des personnes de grande et de petite taille, il y a des petits et des gros mangeurs. Nous avons hérité de nos grands-parents cette croyance selon laquelle il est primordial de finir son assiette. Le fameux dogme « Finis d'abord ton assiette » était justifié à l'époque par la période de l'après-guerre durant laquelle la nourriture était une denrée rare et précieuse qu'il ne fallait surtout pas gâcher. Ce dogme a été repris par la suite de génération en génération et est la source encore à l'heure actuelle de nombreuses crises de larmes lors des repas.

Pour autant, personne ne sait mieux que votre enfant, ce dont son corps a besoin. Les enfants ont cette capacité naturelle à s'auto-réguler en terme d'alimentation : ils mangent quand ils ont faim et cessent quand ils n'ont plus d'appétit. Au lieu de forcer votre enfant à manger, invitez-le à apprendre à écouter son corps. Une alimentation saine repose sur un équilibre délicat entre le besoin de manger et le plaisir que nous prenons lorsque nous mangeons. 🤗En obligeant votre enfant à manger, vous ne respectez ni son besoin, ni son envie. Vous développez chez votre enfant un mode de fonctionnement qu'il va intégrer selon lequel il faut se forcer à se nourrir. Mode de fonctionnement qui pourra être plus tard à l'origine de troubles alimentaires (anorexie, boulimie...).

Si votre enfant a un petit appétit, il est donc préférable de le servir en petite quantité, (quitte à ce qu'il se resserve, ) plutôt que de le forcer à finir son assiette.


Faut-il refuser à son enfant un dessert, s'il n'a pas terminé son plat ? 🍰


La célèbre phrase « Si tu ne finis pas ton assiette, tu n'auras pas de dessert », nous l'avons tous entendu un jour, voir même prononcée. Le raisonnement semble parfaitement logique. Si votre enfant n'a plus faim pour ses épinards, il n'a pas faim non plus pour le gâteau au chocolat. Mais il est possible que votre enfant suive un autre raisonnement tout aussi logique et bien-fondé : votre enfant décide délibérément de ne pas finir son plat pour avoir suffisamment de place pour le dessert. C'est un processus très naturel que vous-mêmes, en tant qu'adultes, vous avez certainement déjà dû mettre en place ! Il est donc inutile de menacer votre enfant de le priver de dessert s'il ne finit pas son plat, au risque de le voir se forcer à manger son plat afin d'avoir le gâteau au chocolat tant attendu !

Par ailleurs, il est important de ne pas limiter la consommation de sucre de nos enfants de façon trop importante. En effet, plus vous priverez vos enfants de petits plaisirs sucrés, 🍪plus ils se jetteront dessus à la moindre occasion et sans vous en rendre compte, vous mettrez en place un processus de restriction cognitive.


Mon enfant est « difficile » et n'aime pas grand chose. 😁


Il est important de respecter les goûts de votre enfant. Que ce soit la couleur, l'odeur, la texture des aliments, si votre enfant refuse de manger, ce n'est pas pour vous embêter, mais parce qu'il n'en a pas envie. Et rappelons le, l'un des enjeux majeurs de l'alimentation est le plaisir.

Généralement, à partir de 2-3 ans, les enfants se montrent difficiles en matière d'alimentation. C'est ce que nous appelons la néophobie alimentaire. Alors que petits, votre enfant mangeait de tout sans rechigner, à partir de 3 ans, ses envies se font de plus en plus précises et il refuse catégoriquement certains aliments. Cette situation est tout à fait normale et s'inscrit dans le développement naturel de votre enfant.

Au lieu de forcer votre enfant à manger certains aliments, je vous invite à contourner ses aversions alimentaires. 😉Je vous parle en connaissance de cause car je suis personnellement maman d'un petit garçon qui refuse de manger ce qui est vert ( adieu les légumes), les fruits et le fromage. Face à une telle quantité d'aliments rejetés, j'ai été obligée de composer ! J'ai donc axé les repas sur la soupe, les carottes râpées, les yaourts et les compotes. Au final, le résultat est le même, mon fils a les apports nutritifs dont il a besoin et je respecte en même temps ses goûts.

En revanche, je l'invite régulièrement à goûter les aliments qu'il n'aime pas ! En matière d'alimentation, comme dans n'importe quel sujet ayant trait à l'éducation, il est essentiel de s'armer de patience. Selon une étude récente, il faut présenter en moyenne 15 à 20 fois un aliment que votre enfant refuse systématiquement, avant que ce dernier accepte de le goûter.

Par ailleurs, les enfants ont des goûts et des aversions alimentaires qui évoluent très vite. Vous pourriez un jour être très surpris de voir votre enfant manger un aliment qu'il rejetait la veille et vice versa.


Que faire, si mon enfant demande à grignoter entre les repas ? 🕑🍐


Nous l'avons tous formulée un jour cette célèbre phrase « Ce n'est pas l'heure de manger. » Et pourtant dans une telle situation, il est là-encore important d'accompagner votre enfant sur ses sensations alimentaires.

Plutôt que de lui dire un « non » catégorique, je vous invite à chercher à savoir ce qui se cache derrière cette demande. Aidez votre enfant à décrypter les messages de son corps. « Es-tu sûr d'avoir faim ? As-tu ton ventre qui gargouille ? Sens-tu comme un creux dans ton ventre ? ».

Votre enfant a peut-être véritablement faim, auquel cas il sera très compliqué pour lui d'attendre.

Apprenez lui à faire la distinction entre une sensation de faim et une envie de manger. Est-ce qu'il a faim ou a-t-il vu la baguette de pain qui lui a donné envie de manger ?

Est-ce qu'il s'ennuie ? Parfois le fait de manger constitue une occupation comme une autre pour les enfants.

N'hésitez pas à proposer un verre d'eau à votre enfant. Il arrive parfois que nous confondions notre besoin de boire et de manger.

Enfin, après tout ce questionnement, s'il s'avère que la faim de votre enfant est bien réelle et que le prochain repas n'est pas prévu avant 20 minutes, vous pouvez lui donner une collation. Bien évidemment, on proposera de préférence un morceau de pain ou un fruit, plutôt qu'un gâteau ! 🍐🍰🍞

06-72-04-26-55

contact@annelaurebournazel.fr

  • Youtube
  • LinkedIn Social Icône
  • Facebook Social Icône