Comment bien gérer l’utilisation des écrans par nos enfants?

Les écrans sont devenus une véritable obsession aussi bien pour les enfants que les adolescents. Quand nous savons qu’un adulte consulte en moyenne 221 fois son smartphone par jour, c’est-à-dire environ 15 fois par heure, il ne faut pas s’étonner si la jeune génération suit ses traces. Comment donner un cadre à notre enfant sur les écrans ? Quelles règles instaurer avec lui ?

La règle des 3-6-9-12

Dans son ouvrage « Grandir avec les écrans », Serge Tisseron, psychiatre a élaboré la règle des 3-6-9-12 qui nous permet d’avoir des repères sur l’utilisation des écrans avec nos enfants.

Avant 3 ans, pas d’écrans
Le bon développement de l’enfant passe avant tout par ses sens. L’enfant apprend en touchant, en mettant dans sa bouche, en faisant tomber, en empilant… Lorsqu’il est devant un écran, l’enfant n’est pas acteur mais simplement spectateur. Il ne développe aucune capacité cognitive.

Un enfant seul face à son écran ne rentre pas en interaction avec son environnement et les autres. Il ne peut donc pas acquérir les bases de la sociabilisation.
Par ailleurs, quand notre enfant utilise un écran, il est statique. Il ne développe donc pas ses capacités motrices telles que courir, marcher, sauter, jeter… Une trop grande sédentarité peut également engendrer une surcharge pondérale.

Les études récents ont démontré qu’un enfant de moins de 3 ans exposé souvent à des écrans développe :

  • des troubles du sommeil,
  • des troubles de l’attention,
  • un manque de confiance en soi,
  • des problèmes de myopie.

Il est également important de veiller à ne pas laisser la télévision « en fond sonore », c’est-à-dire que personne ne la regarde vraiment mais elle est quand même allumée. Effectivement, la lumière de la télévision capte l’attention quasi-instinctivement. Si nous allons diner dans un bar où il y a un écran, même si le programme ne nous intéresse pas, nous allons jeter des coups d’oeil à l’écran, sans même nous en rendre compte. Il en est de même pour nos enfants.

A partir de 3 ans, il est possible d’intégrer la télévision en respectant certains critères.

  • écran au moins à 50 cm des yeux
  • pas de différence de luminosité entre la pièce et l’écran (on évite de regarder dans le noir).

En ce qui concerne le temps, il ne s’agit pas de diaboliser les écrans. Vous pouvez limitez le temps chez les très jeunes enfants à 15 ou 20 minutes par jour. Il est préférable de raisonner en terme d’épisodes que de temps. A défaut, vous vous exposez aux risques d’avoir une crise de votre enfant parce que vous coupez l’épisode en plein milieu!

A partir de 6 ans, les jeux vidéos peuvent être intégrer. Avant il est préférable d’éviter car les jeux vidéos ont cette capacité à créer de véritables addictions grâce à leur système de récompense qui favorise la sécrétion de la dopamine.

A partir de 9 ans, nous pouvons intégrer l’utilisation d’internet sous la surveillance des parents. Effectivement, internet peut s’avérer très dangereux en terme de contenu , que ce soit sur You Tube ou sur tout autre moteur de recherches. En ce qui concerne les réseaux sociaux, il est important d’apprendre à son enfant à se protéger et à protéger ses échanges.

A partir de 12 ans, les enfants peuvent utiliser internet seul, les parents restants tout de même vigilants et en alerte. Les médecins préconisent généralement 1h de jeux vidéos pour 1h d’activité en pleine aire, afin de maintenir un certain équilibre.

La seconde règle de Serge Tisseron est la règle des 4

  • pas d’écran le matin. Les études ont démontré que l’utilisation des écrans le matin engendrait une moins bonne attention et donc de moins bons résultats scolaires,
  • pas d’écran pendant les repas. Effectivement, le repas est un moment durant lequel les parents et les enfants vont échanger, partager.
  • pas d’écran avant de se coucher,. Contrairement aux idées reçus, l’utilisation des écrans n’est pas une activité calme, l’image animée étant trop stimulante pour le cerveau de l’enfant. Par ailleurs, la lumière bleue des écrans empêchent la sécrétion de la mélatonine, l’hormone du sommeil,
  • pas d’écrans dans la chambre des enfants, que ce soit tablette, consoles ou ordinateur. Effectivement, si les enfants utilisent les écrans dans leur chambre, les parents ne peuvent pas contrôler ni le temps, ni le contenu!
Vous souhaitez moins de colères à la maison?

Rien de plus simple! Recevez gratuitement 3 vidéos inédites et bien évidemment gratuites sur le sujet en renseignant votre adresse mail ci-dessous. Vous recevrez un lien vers les vidéos directement dans votre boite mail